Conseils d’expert

Rappel : Pour un accident du travail et/ou pour une maladie professionnelle, toute déclaration doit être envoyée sous 48 heures à votre C.P.A.M
Laurent Saint-Aubin

Courtier depuis 25 ans à Béziers
Spécialiste des professionnels de santé

Le sujet de la protection santé fait souvent l’objet d’une incompréhension générale de la part des professionnels comme nous.
Pour la simple et bonne raison qu’il s’agit d’un dossier très complexe. Souvent, les personnes que je conseille s’emmêlent les pinceaux entre la couverture des frais médicaux et les protections de prévoyance qui leur assurent, par exemple, un revenu en cas d’arrêt de travail. Or, ce sont là deux choses bien distinctes.

C’est à dire ?

Pour schématiser très simplement : pour les questions relatives à la retraite, les indemnités (revenus) en cas d’arrêt de travail, l’incapacité, etc., vos interlocuteurs sont ou la CARPIMKO, et/ou des assureurs privés auprès de qui vous signerez des contrats dits « facultatifs », pour vous prémunir. Mais à aucun moment vous ne serez couverts pour les dépenses de frais de santé occasionnés par un accident ou une maladie professionnelle. Là, c’est l’AVAT qui vous couvrira. Non obligatoire, mais ô combien indispensable. Prenons un exemple : une infirmière se blesse au domicile d’un patient et se retrouve hospitalisée, puis arrêtée pour 6 mois. Si elle est bien assurée, tout ou partie de ses revenus sera pris en charge dans le cadre de ses contrats de prévoyance. Pas de risque de ce côté là. Mais qu’advient-il de la facture d’ambulance, des frais médicaux, de rééducation ? Sans AVAT, tous les frais de santé restent à sa charge. A quoi bon alors économiser une cotisation – qui plus est déductible de son chiffre d’affaires – pour se retrouver à payer des frais médicaux parfois très importants ! ça peut vite tourner au drame.

Où peut-on souscrire une AVAT ?

Il n’y a pas 1000 solutions : soit à la CPAM, soit auprès du seul assureur qui propose ce type de contrat en France. Dans le premier cas de figure, la cotisation annuelle est d’environ 500 euros par an et s’évalue en fonction du bénéfice. Mais je préfère prévenir : le taux peut être évolutif et l’adhésion une fois finalisée, est définitive et à vie. Si après l’Urssaf décide d’augmenter le taux, vous n’aurez alors aucun moyen de contester car il s’agit d’un régime d’état obligatoire. Vous n’aurez pas d’autre choix que payer…
Dans le second, avec l’assureur privé, la cotisation annuelle est environ 30% moins chère et surtout, avec reconduction annuelle tacite. Donc négociable, et possiblement résiliable.

Et en cas de décès ?

L’assurance volontaire vous couvre, mais faiblement. Un contrat de prévoyance personnel garantit toujours une meilleure prise en charge et sécurise davantage vos ayants droit.

Erreur | URPS infirmiers Occitanie

Erreur

Le site Web a rencontré une erreur inattendue. Veuillez essayer de nouveau plus tard.